Accueil » NewTech » Internet supplante le papier

Internet supplante le papier

Publicités

Internet est en train de surpasser progressivement toutes les autres formes de médias choisies par les Américains comme source privilégiée d’information. Selon une étude récente du Pew Research Center, seuls les journaux télévisés sur les chaînes locales et les chaînes câblées attirent davantage le public américain que les sites d’information sur Internet.

Le marché américain de l’information subit une érosion lente : un Américain sur cinq ne cherche pas à s’informer dans une journée ordinaire, contre un sur sept il y a dix ans. Parmi ceux qui restent friands d’infos, un sur trois continue à privilégier son journal comme l’une de ses deux sources préférées d’information nationale et internationale ; mais le web attire désormais deux adultes sur cinq, contre un sur quatre il y a deux ans.

Il faut noter que 79 % des Américains utilisent régulièrement internet, dont 63 % disposent d’un accès haut-débit à domicile. En outre, ils sont 85 % à posséder un téléphone mobile  : près d’un tiers s’en servent aussi de plate-forme pour accéder à l’information. En conséquence, les modes de consommation de l’actualité sont en train de changer, constatent les auteurs de l’étude, Lee Rainie, du Pew Research Center’s Internet & American Life Project, et Tom Rosenstiel, du Pew Research Center’s Project for Excellence in Journalism : pour une partie minoritaire mais croissante de la population, qui consomme tout ou partie de ses informations sur Internet, le moment sacro-saint du journal télévisé ou de la lecture du quotidien fait place au grignotage d’informations tout au long de la journée, sur l’ordinateur ou le téléphone mobile. Personnalisation et participation sont également deux caractéristiques de plus en plus marquées, puisque le consommateur choisit et filtre volontiers la nouvelle qui l’intéresse (messages d’alerte, abonnement à des fils RSS, recommandation de liens sur les réseaux sociaux). Et un internaute sur cinq a déjà publié des commentaires de nature politique.

La migration du public vers le Web pose un défi financier d’autant plus lourd aux organes de presse d’outre-Atlantique que les Américains disposent d’une abondance de contenus gratuits sur Internet. Alors qu’au moins 60% des Européens sont prêts à payer pour accéder à leur source d’informations favorite en ligne, 48 % à peine des Américains sont enclins à ouvrir leur portefeuille, selon une étude du Boston Consulting Group réalisée aux Etats-Unis et dans sept pays européens dont la France. D’où la nécessité d’éduquer les jeunes générations de lecteurs. « USA Today », le quotidien américain qui a joui longtemps de la plus importante diffusion nationale avant de se faire détrôner le mois dernier par le « Wall Street Journal », vient de lancer son « e-Edition » dans trois universités pour tester le succès de la version numérique en ligne de son journal papier auprès des étudiants.

Publicités