Accueil » 2014 » mai

Monthly Archives: mai 2014

Comment les données vont influencer le parcours client en magasin ?

A l’occasion de sa conférence annuelle la NRF (National Retail Fondation) dressait le bilan des tendances dans le secteur du Retail pour les prochaines années, mettant en avant l’omnicanal comme l’un des principaux investissements des entreprises. L’un des enjeux réside donc dans la capacité à se lancer dans des programmes globaux impliquant une refonte du système d’information, des stratégies, de l’aménagement des espaces et de repenser le parcours client. Les stratégies omnicanal reposent en partie sur la compréhension et l’analyse du parcours client, ce qui reste encore peu exploité dans les groupes de distributions, à cause des coûts et autres ressources nécessaires. Il s’agit pourtant d’une réponse idéale quant à la question de l’amélioration de l’expérience client. C’est aussi devenu une nécessité d’analyse continue pour favoriser la compréhension des parcours consommateurs qui deviennent de plus en plus complexes et personnalisés. Après plusieurs années de lacunes sur l’analyse du parcours client en magasin et de la compréhension des modes de consommations, les choses semblent toutefois évoluer dans le bon sens. Deux types d’analyses s’imposent : L’analyse des données de trafic globales et locales pour comprendre qui vient dans mon magasin et une nouveauté nommée le « Customer Experience Analytics ».

DE L’ANALYSE DE DONNÉES À L’OPTIMISATION DU PARCOURS CLIENT

Historiquement les premières données suivies et analysées par lesretailers étaient les cartes de fidélité, lecouponing ou encore les retours issus du marketing direct. Bien souvent, la majorité des entreprises s’arrêtaient à un parcours client statique qui prenait fin lors du passage en caisse où lors de la validation de l’achat. Les synergies entre comportements médias et parcours en magasin restaient alors compliqués. Leweb et l’émergence de l’analyse comportementale des consommateurs par l’AB Testing, leTracking ou encore le poids de la construction sémantique des sites aura favorisé et accentué une dichotomie entre la compréhension du parcours clientonline etoffline. De nombreux cabinets et entreprises se sont spécialisés dans l’implantation de magasin en fonction de zone géographie et de typologie de population.ESRI parexemple, le spécialiste de l’analyse des données degéolocalisation, a mis au point toute une offre de suivi. Selon une zone géographique choisie pour déployer un magasin, il est possible de suivre les typologies de population qui y évoluent, ainsi queles performance prévisionnelles établies. Il est enfin possible et très utile de pouvoirmonitorer cette évolution dans le temps.

1

Une partie de l’offre d’ESRI autour de la « location analytics » – Disponible ici

Depuis plusieurs années l’émergence d’une capacité de traitement massive des données dans le cloud, et la démultiplication des capteurs installés en point de vente, ont permis d’avoir des données de plus en plus pointues et des informations de plus en plus pertinentes.

DES CAPTEURS ET DES SOCIÉTÉS CAPABLES DE TOUT ANALYSER 

Depuis le lancement des capteurs iBeacons par Apple, un regain d’intérêt et de questionnement apparait dans les stratégies des grands distributeurs concernant le marketing en point de vente. Au-delà du simple usage d’interaction des capteurs et de la possibilité de pousser des contenus personnalisés, il s’agit d’aller plus loin en favorisant le croisement des données. C’est toute une stratégie et un parcours client à repenser qu’initient là les retailers. Les premières expérimentations ont été lancées depuis peu, mais on compte déjà une multitude de startups centrées sur l’analyse du parcours clients. Aux Etats Unis, 100 magasins American Eagle ont intégré la technologie iBeacon en partenariat avec la startup Shopkick pour une phase de test. L’entreprise Paypal par exemple a elle aussi déployé et installé massivement ce type de technologie pour ses clients. Aujourd’hui une dizaine d’acteurs proposent des dispositifs de ce type. Pour le moment,  les fonctionnalités sont basées sur des principes comme la localisation, les promotions, coupons et réductions, mais aussi le cross selling avec des recommandations spécifiques dans les magasins. Jusque-là, une majorité des parcours client en magasin étaient analysés à partir des données d’observations, de suivis et de tracking. Ce qui se traduisait très souvent par des zones de chaleurs et des flux de navigations dans le magasin. En partant de l’existant et de toutes les données accessibles, il existe déjà une multitude de services et de solutions créés qui ne sont pas encore exploitées. Des entreprises spécialisées dans l’analyse du parcours client et le déploiement de solutions d’optimisation du parcours client comme RetailNext se lancent de plus en plus outre-Atlantique. Cette société spécialisée dans l’analyse de données issues des comportements d’achats enregistre et traite déjà plus de 500 millions de transactions à partir de plus de 65.000 capteurs présents dans des milliers de boutiques.

Wouldn’t It Be Nice to Know Your Shopper? from RetailNext on Vimeo.

LES PREMIÈRES INTERACTIONS EN MAGASINS : PRÉMISSES D’UN PARCOURS UNIFIÉ PERSONNALISABLE

Les applications de toutes ces analyses et des nouveaux modes d’interactions et de services sont multiples. 4 tendances semblent émerger autour d’une meilleure compréhension du parcours client. -Marketing et Publicité : Le ciblage et la géolocalisation des messages sont parmi les moyens les plus rapidement déployables à court/moyen termes, afin d’augmenter le cross selling et la performance des ventes. Pour aller plus loin et analyser une campagne : En implémentant une technologie sur deux évènements types, leur analyse et leur comparaison donnerait un aperçu de la performance d’une campagne et du suivi du parcours physique du client. Cela permettrait, par exemple, d’observer les répercussions dans son magasin, d’une campagne s’étant déroulée dans un lieu public. – Design de service et interaction : L’utilisation des données et leur croisement avec des services pourraient permettre de mettre à disposition des shoppers en magasin, des tablettes et applications pour augmenter de 10 à 20% les ventes, grâce à une détection des profils clients présents. Croiser les données disponibles sur chaque client avec ses besoins, grâce à des outils à disposition des vendeurs, permettrait en effet d’anticiper les désirs des clients. Cela qui pourrait être un outil important pour les futures forces de vente.  Analyser le trafic en magasin pourrait aussi définir de nouvelles analyses  sur les zones du magasin les plus  fréquentées. – Management et gestion du magasin : Utiliser les données de localisation et d’analyse, pour comprendre les limites dans les process et analyser le temps d’attente des clients dans les différents rayons du magasin, permettraient ainsi une remontée d’informations supplémentaires sur les besoins en personnel pour chaque secteur. Tout au long de la journée cela faciliterait le management, la gestion des équipes  et définirait ainsi des périodes optimales pour effectuer les tâches complémentaires et l’agenda des équipes.

3– Stratégie : Il s’agit out simplement ici de récupérer des informations sur les principales zones de trafic dans un lieu, afin de déployer ou non de nouveaux magasins et définir les catégories de produits à mettre en avant dans les magasins.

ALLER PLUS LOIN POUR SUIVRE LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT

4

L’immense centre de Randall Park a ouvert près de Cleveland en 1976, il a été brièvement le plus grand dans le monde. Aujourd’hui il est désaffecté comme de plus en plus de centres commerciaux aux Etats-Unis. Preuve d’un nouveau parcours client émergent ?  

American teens don’t hang out at malls anymore. They eat at restaurants – Quartz

Il faut  cependant bien comprendre les enjeux d’un monde doté d’une multitude de comportements émergents et d’espaces qui ont été pour la plupart pensés et bâti dans les années 1980. En effet, aux Etats-Unis, ce qui symbolisait la réussite totale de l’expérience en magasin, au travers des immenses centres commerciaux, semble aujourd’hui en totale perte de vitesse et en désaffection notoire. De moins en moins de gens veulent vivre ou faire du shopping sous son format actuel. Ce n’est pas que l’expérience en magasin qu’il s’agit de repenser, mais aussi l’emplacement, la cohérence et l’intégration dans une ville et dans un parcours client qui devient de plus en plus personnalisé, entre plusieurs canaux et contextes. En bref, la solution viendra peut-être d’une expérience, qui ne sera plus découpée entre physique et numérique mais, qui réussira très en amont cette alliance et utilisera les données créées pour favoriser des stratégies naturelles d’omnicanal. On prendra l’exemple du concept des magasins développés par l’entreprise Indochino, mis en avant lors de la NRF 2013.

Source :

Expert Social Media, Digital Innovation & Big Data

Publicités